75 champignons sauvages comestibles
3 décembre 2015
Amateurs de morilles soyez prêts, la saison approche !
14 janvier 2018
Montrer tout

Une richesse insoupçonnée

Il existe au Canada et ailleurs dans le monde plusieurs milliers de champignons non-répertoriés qui gagneraient à être connus, tant pour leur valeur gastronomique et gustative que pour leur valeur marchande. À ce jour, des milliers d’espèces  ont été répertoriées toxiques, dont plusieurs mortelles. Il est donc évident qu’on ne doit pas se laisser attendrir par l’odeur agréable de certains, ni par leur belle robe colorée, car derrière leur beauté et leur attrait, certaines espèces dissimulent des poisons parfois dangereux.

Il y a un peu plus d’une centaine de champignons sauvages qui se cultivent partout dans le monde, ce sont tous des saprophytes, c’est-à-dire capables de se nourrir de matières organiques non-vivantes. Cependant, quelques sujets non cultivables attirent l’attention d’un très grand nombre de restaurateurs de bonne bouffe ainsi que d’amateurs toujours plus nombreux sur tous les continents.

Au Québec, on commence à peine à découvrir le monde des champignons. Longtemps ignorés, voire même craints, les champignons sauvages suscitent maintenant un intérêt de plus en plus grandissant auprès des Québécois.

Malgré la présence de cette ressource précieuse dans notre belle province, la filière commerciale tarde à se structurer et à prendre son envol. Il convient cependant de préciser que l’histoire de la mycologie québécoise est très récente comparativement à d’autres pays ou la consommation et la commercialisation des champignons sauvages comestibles sont solidement ancrées dans les coutumes et activités économiques.