L’héritage des champignons
22 mars 2015
Montrer tout

Tramète Versicolore et cancer de la prostate

© Wikipedia

Polysaccharopeptide : élément essentiel contre le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate, l’un des plus fréquents cancers et donc à l’origine de nombreux décès dans les populations occidentales, pourrait bien être soigné par un simple champignon. Ce champignon, Tramète Versicolore est doté de couleurs qui peuvent faire penser aux queues des dindons sauvages (d’où son nom anglais turkey tail). Il se développe sur les troncs d’arbre et est surtout connu pour sécréter une molécule dont l’intérêt pharmacologique est croissant. Il s’agit d’un polysaccharopeptide, un sucre complexe fixé sur une chaîne d’ acides aminés. Une substance active proche de celle-ci, le polysaccharide-K, est déjà extraite des champignons dans le but de traiter certains cancers (cancer de l’estomac ou colorectal). Selon des études en cours, il permettrait ainsi d’allonger la durée de vie des malades. Pour la première fois, des travaux parus dans la revue Plos One démontrent également la très grande efficacité du polysaccharopeptide annoncée dans le traitement précoce du cancer de la prostate.

Une action préventive
Il agirait directement sur les cellules souches du cancer de la prostate. Ces cellules particulières n’ont été identifiées que récemment, mais leur capacité à se régénérer et à se différencier en cellules cancéreuses semble démontrer qu’elles sont à l’origine, non seulement du développement, mais aussi de la progression des cancers de la prostate. Si les traitements anticancéreux actuels ne ciblent que les cellules tumorales déjà différenciées, laissant l’opportunité aux cellules souches du cancer de la prostate de se développer, celles-ci constituent donc une cible parfaite pour une éventuelle lutte préventive.

Les souris dont les cellules ont été traitées au polysaccharopeptide avant implantation développent moins de tumeurs que lorsqu’elles n’ont pas été traitées, que ce soit 2 semaines  ou 4 semaines après.

Les scientifiques du Queenland University of Technology en Australie ont d’abord testé leur hypothèse sur des lignées de cellules du cancer de la prostate (PC-3) cultivées in vitro. L’ajout de polysaccharopeptide dans le milieu de culture a mené à la réduction du nombre de cellules marquées par la présence des récepteurs cellulaires CD133 et CD44 (caractéristiques des cellules souches du cancer de la prostate), proportionnellement à la dose et au temps d’exposition à la molécule.

Aucun effet secondaire détecté
De plus, ces lignées cellulaires perdent la capacité à former des prostasphères (des amas de cellules prostatiques) et sont moins efficaces à entraîner le développement de tumeurs lorsqu’elles sont implantées sur des souris saines (deux autres caractéristiques des cellules souches du cancer de la prostate). En d’autres termes, la substance fongique permettrait de limiter la propension de ces cellules à devenir cancéreuses. Pour tester si l’effet est aussi visible in vivo, les scientifiques ont utilisé des souris dont l’ADN a été modifié pour qu’elles déclarent un cancer de la prostate vers l’âge de 16 à 20 semaines. Cinq d’entre elles se sont vues administrer un traitement de 300 milligrammes de polysaccharopeptide par kilogramme de poids corporel par jour dès l’âge de 8 semaines. Le sacrifice des rongeurs traités et non traités 20 semaines plus tard pour l’analyse histologique de leur prostate a permis de mettre en évidence une absence totale de cancer chez les souris ayant reçu la substance.

Cerise sur le gâteau : le traitement de longue durée semble n’avoir aucun effet négatif sur les animaux. Ainsi, bien que les animaux testés ne soient qu’au nombre de cinq, les scientifiques sont enthousiastes et voient déjà le polysaccharopeptide utilisé comme agent préventif des cancers de la prostate.

Source : Queenland University of Technology