Champignons et médicaments
13 mars 2018
Les intoxications par les champignons sauvages
23 septembre 2018
Montrer tout

Des champignons pour rester jeune !

La consommation régulière de Cèpes ou (bolet d’Amérique) permettrait de rester jeune plus longtemps grâce à deux antioxydants qu’ils contiennent, ralentissant ainsi le vieillissement , lit-on sur le site de l’Université de Pennsylvanie. En effet, les cèpes contiendraient des quantités importantes d’ergothionéine et de glutathion, deux super antioxydants. Ces molécules pourraient aider à combattre les effets du vieillissement.
Selon les résultats des analyses menées sur les champignons qui sont couramment vendus dans le commerce, les portobellos et les cremini (champignons de couche couleur café) auraient une action antioxydante comparable à celle des poivrons rouges. Employant la méthode ORAC (pour Oxygen Radical Absorbance Capacity), les chercheurs ont établi que le portobello avait une valeur antioxydante de 9,7 tandis que celle du cremini s’élevait à 9,5.
En comparaison, la valeur ORAC du poivron rouge est d’environ 10, celle du brocoli de 12 et celle de la carotte de 5. La valeur ORAC du champignon de couche blanc, le plus consommé en Amérique du Nord, est de 6,9.
Les chercheurs attribuent l’action antioxydante des champignons aux polyphénols qu’ils renferment. Ils signalent que l’ergothionéine, un acide aminé produit par les champignons, pourrait aussi contribuer à cette action. Notons que les champignons renferment 12 fois plus d’ergothionéine que le germe de blé, et 4 fois plus que le foie de poulet, les deux autres sources alimentaires les plus importantes d’ergothionéine à avoir été découvertes. On estime qu’environ 90 g de champignons portobellos ou cremini (3/8 tasse ou une poignée) fournissent environ 5 mg d’ergothionéine.
Les sous-bois de nos forêts cachent-ils un aliment anti-âge ? Dans un article paru dans la revue Food Chemistry, des chercheurs américains ont comparé les quantités d’antioxydants (glutathion et ergothionéine) dans des espèces de champignons. Ils ont trouvé que le contenu variait beaucoup d’un champignon à l’autre, avec un facteur 20 pour le glutathion (de 0,11 à 2,41 mg/g de poids sec). Ces quantités étaient mises en corrélation avec celles de l’ergothionéine.
La quantité d’ergothionéine et de glutathion que contiennent les champignons varie en fonction de leur espèce. Cependant, les études ont révélé que les cèpes en contenaient davantage que les autres. Le chapeau contient plus d’antioxydants que le pied. Parmi les champignons testés pour ces deux antioxydants, les cèpes étaient, de loin, ceux qui en contenaient le plus. Ceux-ci font partie de la famille des bolets. Pour les chercheurs, ces champignons sont d’excellentes sources d’antioxydants. De plus, la cuisson n’affecte pas ses propriétés car l’ergothionéine est très stable à la chaleur.
Des Cèpes contre les maladies du vieillissement
Les cèpes sont particulièrement recherchés et consommés dans les pays de l’Est, comme la Pologne, l’Ukraine, la Russie ainsi qu’en France et en Italie notamment. Dans un communiqué, Robert Beelman, professeur émérite à l’Université de Pennsylvanie (USA), a expliqué que les pays qui consomment des aliments contenant des ergothionéine dans leur alimentation avaient un taux très peu élevé de gens souffrant de maladies neurodégénératives. Certes, cela ne démontre pas un lien de cause à effet entre la consommation de champignons et le moindre risque de maladies neurodégénératives, mais globalement, les molécules antioxydantes permettent de lutter contre le stress oxydatif (dommage cellullaire), qui est associé à de nombreuses maladies du vieillissement, comme le cancer, les maladies coronariennes et l’Alzheimer.
Le champignon de Paris a moins de glutathion et d’ergothionéine, mais en contient tout de même plus que bien d’autres aliments.
Sources:
-Revue Food Chemistry
-Marie-Céline Jacquier, Dr en biologie et journaliste en santé et environnement.
-Dubost NJ. Quantification of Polyphenols and Ergothioneine in Cultivated Mushrooms and Correlation to Total Antioxidant Capacity Using the ORAC and HORAC Assays, présentation au colloque de l’Institute of Food Technologists, États-Unis.