Une richesse insoupçonnée
3 décembre 2015
Mycélium: Internet de la Nature
14 janvier 2018
Montrer tout

Amateurs de morilles soyez prêts, la saison approche !

La première sortie dans la nature débute au printemps avec les cueillettes de morilles, le processus de croissance est déjà en route, il leur manque quelques étapes à franchir avant maturation complète et tant attendue par vous tous, adeptes, de plus en plus nombreux à la rechercher. Voyez ici quelques indices où regarder. La première étape est la patience, ayez le regard aiguisé, vigilant, et évidemment ne vous découragez pas, tant que vous n’en verrez pas une seule vous croirez qu’elle n’existe que dans votre imaginaire. Par contre, le jour où vous en découvrirez une, vous vous apercevrez qu’il y en a beaucoup d’autres autour de vous…
Attention où vous mettez les pieds !
Soyez attentifs aux variations de températures. 
Posez votre regard sur un mètre carré et observez longuement chaque parcelle, pouce par pouce.
La Morille aime les sols sablonneux , argileux, calcaires, les sols fortement humides, les sols brûlés, les sols sucrés, les zones inondées…
Suivez les ruisseaux, CHERCHEZ en longeant les bords des sentiers humides dans les forêts, regardez dans les fossés.
Elle ne déteste pas le bord des haies en ville ou en campagne, les terrains où on a mis de la chaux, les vieux bâtiments, les plates-bandes où il y a du paillis. Regardez aussi où il y a eu des coupes de bois et où il y a eu des conifères traînés sur des distances avec le tracteur avant d’être coupés en bûches, les terrains en pente rocailleux.
La Morille apprécie la compagnie du lierre grimpant et du lierre terrestre, des peupliers, des ormes, des bouleaux, des frênes, des saules blanc, des hêtres, elle adore aussi les arbres fruitiers tel que les pommiers, les poiriers, les cerisiers de Pennsylvanie, les vinaigriers, les érables à sucre, les rosiers, les mûriers, les pruniers, les framboisiers et bien sûr, les bleuets sauvages.
Elle adore le sucre et est très friande d’arbres à noix comme les chênes à gros fruits, les noyers noirs, les noyers cendrés, les caryers ovales, les noisetiers, l’aubépine..
Les fleurs sucrées comme les lilas, les vignes, l’épervière, la bourrache, le pissenlit, le mélilot, le vesse jargeau, les rosiers etc.
Comme plusieurs champignons certes, elles aiment aussi les sols remués, cependant elles ne reviendront pas nécessairement l’année suivante dans ce type de sol, ou peut-être que oui, mais une seule fois…
Pour la Morille de feu, regardez où vous faites vos feux de joie derrière la maison l’été vous avez de fortes chances d’en trouver directement à ces endroits et possiblement chaque printemps, surtout si vous ne brûlez que du bois. Vous avez un poêle aux bois ? Regardez où vous mettez  vos cendres…
Voilà!
Bonne chasse aux morilles!